Artists:
  A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z  

Menu par nogues.org

Hiérarchie du site:
047
65 DAYS OF STATIC
ACTION DEAD MOUSE
ALEXANDER TUCKER
ALINA SIMONE
ALONE IN 1982
AMP
AMY WINEHOUSE
ANDREW SWEENY
ANNIE HALL
antisocial#009 - contact
AS WE FALL
ATONE
AUDIOPIXEL
B R OAD WAY "06:06 am"
BELONE QUARTET
BENJAMIN GIBBARD & ANDREW KENNY
BEXAR BEXAR
BJORK
BLUE HAIRED GIRL
BOCAGE
BOCAGE
BRAIN DAMAGE
BUGGE WESSELTOFT
CANASTA
CANNIBALES & VAHINES
CERCUEIL
CHAPTER
CHRIS LETCHER
CLARA CLARA
COCOROSIE
Compilation eDogm "Various Artists vol.1&2"
COMPILATION JAUNE ORANGE Vol 3 (2005)
CORDE SENSIBLE
CORNFLAKES HEROES
CORNFLAKES HEROES
D’INCISE
DANA HILLIOT AND HIS FRIENDS
DANA HILLIOT AND HIS FRIENDS (singing and playing)
DARK DARK DARK
DAVID GRUBBS - A Guess at the Riddle
DEPTH AFFECT
DEPTH AFFECT
DEVENDRA BANHART
DIONYSOS
DIRGE, "Rebecca", 2007
DJ FOOD & DK
DJ VADIM
DYLAN MUNICIPAL
EDDY CRAMPES
EGO
EL BOY DIE
EL HIJO, "Las otras vidas"
ENOZ
ERIC BLING
ERIC COPELAND
FARRYL PURKISS
FEDADEN
FILM NOIR
FLOWERS FROM THE MAN WHO SHOT YOUR COUSIN
FOLKS
FOREIGN BEGGARS
FOREIGN BEGGARS
FRANCESCO TRISTANO
FRIENDS OF P.
FUCK BUDDIES
GIARDINI DI MIRÒ
GIOVANNI MIRABASSI
GOGOO
GONG GONG
GOO GOO BLOWN (Le bonhomme)
GRAND BUREAU
GREGOR SAMSA
GUILLAUME ELUERD
H-TRANCE
HALF ASLEEP
HELIGOLAND
HENNING SPECHT
HOEPFFNER
HOLLOW BLUE
HOME VIDEO
HOT CHIP
IN MY ROOM
JACK LEWIS
JAPANESE GUM
jerseyturnpike
JOCARI
JOCARI -
JOHAN ASHERTON
JOHN WAYNE SHOT ME
JON AUER
JUDITH AND HOLOFERNES
JULIEN DUTHU & REMI PANOSSIAN
JULLIAN ANGEL
JUNE MADRONA
JUNETILE
KARLIT & KABOK
KATAMINE
KATZ
KEN ISHII
KHALE
KNX CREW
KRONOS QUARTET, WU MAN - TERRY RILEY
L’OBJET
L’OCELLE MARE
L’OEUF RAIDE
LA BATTERIE
LA BELLE IMAGE
LA DONNA INVISIBILE, Bande Originale
LA FRITURE MODERNE
LA TERRE TREMBLE !!!
LACORDE
LAURENT ROCHELLE
LAUTER
LE TIGRE DES PLATANES & ETENESH WASSIE
LE TONE
LEILA
LEMOINE
LES FRAGMENTS DE LA NUIT
LILLIPUT ORKESTRA
LODZ
LOU REED & ZEITKRATZER
Loyola - It will Shine
LOZNINGER
LUC
MANGROVE
MARC SARRAZY - LAURENT ROCHELLE
MARVIN
MASHA QRELLA
MATES OF STATE
MATTHEW HERBERT
Melmac
MELODIUM
MICHAEL NYMAN
MICHEL ET MICHEL "From Michel et Michel with love"
MIKHAIL
MILOS UNPLUGGED
MINOR MAJORITY
MIOU MIOU
MONKEY
MONTEL
MOONMAN
MORFAR
Mr 60
MRS CHAN / MR CHOW / MISS (O)
MY BROKEN FRAME
MY NAME IS NOBODY
N-NAOS
NOVO - Je retiens ton souffle
ODRAN TRUMMEL
ODRAN TRÜMMEL
OH ASTRO
OPITOPE
OTOMO YOSHIHIDE
PANDA BEAR
PAPIER TIGRE, 2007
PASCAL COMELADE
PASCAL COMELADE & ROBERT WYATT
PERCEVAL MUSIC
PINK COMPUTER
POLITE SLEEPER
POLLYANNA
PORTISHEAD
POSTCARDS (VA)
PUFF & DUFF
QUASIMODE
R-ZATZ
RAF AND O
RAL PARTHA VOGELBACHER
RAN SLAVIN
REINHOLD FRIEDL
ROGUE WAVE
ROUGGE
SAYCET
SELFBRUSH
SENIOR COCONUT (and his orchestra)
SIBYL VANE
SILENCIO
SILENCIO
SIM#6
SIRKA RAGNAR
SIX TWILIGHTS
SOFT PANIC
SOIL & "PIMP" SESSION
SPARKY DEATHCAP
Steve Reich : Three tales
SULKY SHEENA
SUPERFLU
SUPERGRIP
SURSUMCORDA
SUSANNA AND THE MAGICAL ORCHESTRA
TAMARA WILLIAMSON
TANGTYPE
TAZIO & BOY
TEENAGE BAD GIRL
TELLEMAKE
THE BEAUTIFUL SCHIZOPHONIC
THE DRIFT
THE KEYS
THE KEYS
THE KRONOS QUARTET & ASHA BHOSLE
THE LOW LOWS
THE MISSING SEASON
THE PATRIOTIC SUNDAY
THIS MELODRAMATIC SAUNA
THOMAS BELHOM, "Cheval Oblique", 2007
TINY FOLK
UNIQUE RECORDS
V / A "HALF MOON OF PASCALS"
V /A : LIFE BEYOND MARS
V/A "LET IT BEE"
V/A "RUFS"
VS_PRICE
WATOO WATOO
WILLITS + SAKAMOTO
XAVIER JAMAUX & FRED AVRIL
YAIR ETZIONY
YARON HERMAN
YEEPEE "Balloons+Wishes=EtoilesFilantes"
Yeepee - Shoganai long play
YEEPEE, "Funnier in summer"
[Guÿom]

     

PRIMAVERA SOUND 2005
26/27/27 mayo 2005, Barcelona
par Emmanuel | 2 juin 2005

Voici un compte-rendu incomplet et partial du festival Primavera Sound à travers mes yeux et mes oreilles.

Le festival a été délocalisé (c’est à la mode) du Poble de Montjuic au Forum à côté de la mer, ancien site olympique.
Autant dire que le nouveau site n’a pas vraiment le cachet du premier. C’est plus grand, certes, mais faut aimer le béton. Pas moins de 7 scènes sont disséminées sur l’ensemble de cet espace. Palme de la meilleure acoustique pour l’auditorium et de la pire sonorisation pour la scène "Danzka Cd Drome". Eh oui, à Primavera, les scènes répondent aux doux noms de "Danzka" (marque de Vodka), "Rockdelux" (les inrocks espagnols) ou "Estrella Damm". Primavera (le printemps en espagnol), c’est un monde de poésie, où des beautiful people dansent sur le béton et reniflent des fleurs sponsorisées par des marques de bière ou de vodka. Heureusement, c’est aussi 3 jours de musique non-stop, de découvertes passionnantes et de fêtes entre amis. Sous le soleil exactement.

Voilà donc les quelques concerts auxquels nous avons assisté, plus ou moins dans l’ordre.
Tout commence le jeudi soir, le 26, avec "Jesu", qui est une première surprise. Contrairement aux éditions précédentes, le festival a décidé cette année quelques incursions sur des territoires jusqu’ici inexploités, à savoir le métal. Un métal lourd et lent, un peu à la Acid Bath mais en moins bien. Gros riffs à 2 à l’heure, et morceaux de 8 minutes, ça me rappelle ma jeunesse. Après on file sur la scène Rockdelux pour un concert qui restera une des meilleures découvertes de ce festival, les déjà bien connus "The arcade fire". Concert efficace, inventif, vivant. Cool.
Puis on retourne au charbon, jeter une oreille au concert d’Isis du label "Ipecac" de Mike Patton. Moins convaincant que sur disque, le groupe assène une musique lourde et atmosphérique, où la batterie tire en particulier son épingle du jeu.
Minuit 45. L’heure du repas en Espagne. Sur la scène principale, il y a Los Planetas, pop rock espagnole. Comme l’an dernier après le magnifique concert du catalan Refree, on s’était tapé un groupe de variété rock espagnol pendant près d’une heure et demie. Rebelote mais en plus rock.
Viennent ensuite les "Radio 4", qui font une musique "rock et dansante de New-York City". On voit le topo. Perso, ça me tape vraiment sur les nerfs. J’accroche vraiment pas. Je dois être trop vieux et trop con surement. Et ringard aussi tiens.

Jour 2 : Après une bonne nuit de sommeil, on entame la journée avec Broken Social Scene sur la plus grande scène. Ouais bien les canadiens. Bien sympa aussi, leur rock post-rock bien balancé.
20h10, l’heure de Ron Sexmith. Après 2 morceaux, bon on vous laisse les filles, on va faire un tour. Désolés. On va glander du côté des stands de disque avant de rejoindre la grande scène pour s’éclater chez Iggy Pop. "Meet me at the coffee shop, we can dance like Iggy Pop !" Ca fait un peu réunion d’ancien combattants et les vieux Stooges sont aussi rebelles que ma voisine de palier mais bon. Un vrai plaisir quand même !
Ensuite, certains vont voir New Order mais pas moi, je suis trop jeune. Ils laissent pas entrer les moins de 30 ans. Je vais me faire consoler par Kristin Hersh tiens. Et quelle consolation. Malgré une sonorisation surpuissante, en décalage complet avec l’intimité de ses morceaux, l’ex-Throwing Muses nous livre un des concerts les plus touchants du festival.
On verra ensuite un bout de Sondre Lerche mais juste une tranche parce qu’on étouffe vite après. Donc on fuit rejoindre Mercury Rev, toujours aussi hallucinants et hallucinés. Y a qu’à voir les images qu’ils diffusent en fond pour comprendre dans quel univers s’inscrivent ces "Supertramp" modernes (dixit un certain Guilhem T.).
Deux morceaux de Nouvelle Vague plus tard, qui semblent confirmer le bien qu’on dit d’eux, on enchaîne avec Sons & Daughters puis Destroyer. En commençant avec près de 30 minutes de retard devant un public plus que clairsemé, Daniel Bejar et les siens (enfin les autres, parce que c’était pas les mêmes que ceux de leur tournée d’il y a 2 mois), auront du mal à convaincre.
On file ensuite sur une autre scène, non pas celle là, l’autre, pour assister au concert de Piano Magic, pas très bien sonorisé là non plus mais plaisant.
On se finira avec un set minuscule mais sympa de ce glandeur de Whitey.

Troisième jour : Ouf, on arrive juste à temps pour le concert de Vic Chesnutt dans l’auditorium. Et ouais, c’est celui là le meilleur concert du festival. Enfin, pour moi, chacun ses goûts. Plein de sincérité, de talent et d’humour, blues is beautiful. Il est émouvant. Il nous rappelle aussi les bons concerts de l’an dernier (Smog en tête).
Bon, accélérons. Après, on a vu dans le désordre : Sonic Youth (20/20 comme d’hab), The wedding present (bien mais arrogant tout de même ou c’est l’humour british ?), They might be giants (d’accord), The Go Team (bof), The dirtbombs (explosions mélodiques), etc. Mention spéciale au concert le plus innovant/inspiré (forcément) de tout le festival, celui de Tortoise. Plus proche du jazz ou musiques contemporaines que du post-rock, le groupe revisite ses vieux morceaux (et des plus récents) avec bonheur. Les deux batteries déchainent des tremblements de terre et des frissons sur les bras. Ca fait plaisir après ce marathon musical assez largement conventionnel voire conformiste dans l’ensemble. Un vrai bol d’air.
On finira la soirée avec Out Hud, composé de membres de  !!!, une véritable machine à danser qui donne envie de shaker du bassin.

A la proxima cavalleros !



Dans la même rubrique
FUCK BUDDIES samedi 4 mars 2006 par Joan
KIMYA DAWSON mardi 1er mars 2005 par Emmanuel
X-OR (Festival Combines à sons) dimanche 11 septembre 2005 par Emmanuel
ZITA SWOON mercredi 6 février 2008 par Emmanuel
LALI PUNA samedi 14 août 2004 par Emmanuel
Gomm & The Film - Victoire 2 - Montpellier samedi 30 avril 2005 par Guilhem
RACHEL SMITH & DAWN LANDES samedi 27 août 2005 par Emmanuel
OLIBANUM + VIOLON PROFOND lundi 22 mai 2006 par Emmanuel



Visite : 3833
Popularité : 6%