Artists:
  A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z  

Menu par nogues.org

Hiérarchie du site:
047
65 DAYS OF STATIC
ACTION DEAD MOUSE
ALEXANDER TUCKER
ALINA SIMONE
ALONE IN 1982
AMP
AMY WINEHOUSE
ANDREW SWEENY
ANNIE HALL
antisocial#009 - contact
AS WE FALL
ATONE
AUDIOPIXEL
B R OAD WAY "06:06 am"
BELONE QUARTET
BENJAMIN GIBBARD & ANDREW KENNY
BEXAR BEXAR
BJORK
BLUE HAIRED GIRL
BOCAGE
BOCAGE
BRAIN DAMAGE
BUGGE WESSELTOFT
CANASTA
CANNIBALES & VAHINES
CERCUEIL
CHAPTER
CHRIS LETCHER
CLARA CLARA
COCOROSIE
Compilation eDogm "Various Artists vol.1&2"
COMPILATION JAUNE ORANGE Vol 3 (2005)
CORDE SENSIBLE
CORNFLAKES HEROES
CORNFLAKES HEROES
D’INCISE
DANA HILLIOT AND HIS FRIENDS
DANA HILLIOT AND HIS FRIENDS (singing and playing)
DARK DARK DARK
DAVID GRUBBS - A Guess at the Riddle
DEPTH AFFECT
DEPTH AFFECT
DEVENDRA BANHART
DIONYSOS
DIRGE, "Rebecca", 2007
DJ FOOD & DK
DJ VADIM
DYLAN MUNICIPAL
EDDY CRAMPES
EGO
EL BOY DIE
EL HIJO, "Las otras vidas"
ENOZ
ERIC BLING
ERIC COPELAND
FARRYL PURKISS
FEDADEN
FILM NOIR
FLOWERS FROM THE MAN WHO SHOT YOUR COUSIN
FOLKS
FOREIGN BEGGARS
FOREIGN BEGGARS
FRANCESCO TRISTANO
FRIENDS OF P.
FUCK BUDDIES
GIARDINI DI MIRÒ
GIOVANNI MIRABASSI
GOGOO
GONG GONG
GOO GOO BLOWN (Le bonhomme)
GRAND BUREAU
GREGOR SAMSA
GUILLAUME ELUERD
H-TRANCE
HALF ASLEEP
HELIGOLAND
HENNING SPECHT
HOEPFFNER
HOLLOW BLUE
HOME VIDEO
HOT CHIP
IN MY ROOM
JACK LEWIS
JAPANESE GUM
jerseyturnpike
JOCARI
JOCARI -
JOHAN ASHERTON
JOHN WAYNE SHOT ME
JON AUER
JUDITH AND HOLOFERNES
JULIEN DUTHU & REMI PANOSSIAN
JULLIAN ANGEL
JUNE MADRONA
JUNETILE
KARLIT & KABOK
KATAMINE
KATZ
KEN ISHII
KHALE
KNX CREW
KRONOS QUARTET, WU MAN - TERRY RILEY
L’OBJET
L’OCELLE MARE
L’OEUF RAIDE
LA BATTERIE
LA BELLE IMAGE
LA DONNA INVISIBILE, Bande Originale
LA FRITURE MODERNE
LA TERRE TREMBLE !!!
LACORDE
LAURENT ROCHELLE
LAUTER
LE TIGRE DES PLATANES & ETENESH WASSIE
LE TONE
LEILA
LEMOINE
LES FRAGMENTS DE LA NUIT
LILLIPUT ORKESTRA
LODZ
LOU REED & ZEITKRATZER
Loyola - It will Shine
LOZNINGER
LUC
MANGROVE
MARC SARRAZY - LAURENT ROCHELLE
MARVIN
MASHA QRELLA
MATES OF STATE
MATTHEW HERBERT
Melmac
MELODIUM
MICHAEL NYMAN
MICHEL ET MICHEL "From Michel et Michel with love"
MIKHAIL
MILOS UNPLUGGED
MINOR MAJORITY
MIOU MIOU
MONKEY
MONTEL
MOONMAN
MORFAR
Mr 60
MRS CHAN / MR CHOW / MISS (O)
MY BROKEN FRAME
MY NAME IS NOBODY
N-NAOS
NOVO - Je retiens ton souffle
ODRAN TRUMMEL
ODRAN TRÜMMEL
OH ASTRO
OPITOPE
OTOMO YOSHIHIDE
PANDA BEAR
PAPIER TIGRE, 2007
PASCAL COMELADE
PASCAL COMELADE & ROBERT WYATT
PERCEVAL MUSIC
PINK COMPUTER
POLITE SLEEPER
POLLYANNA
PORTISHEAD
POSTCARDS (VA)
PUFF & DUFF
QUASIMODE
R-ZATZ
RAF AND O
RAL PARTHA VOGELBACHER
RAN SLAVIN
REINHOLD FRIEDL
ROGUE WAVE
ROUGGE
SAYCET
SELFBRUSH
SENIOR COCONUT (and his orchestra)
SIBYL VANE
SILENCIO
SILENCIO
SIM#6
SIRKA RAGNAR
SIX TWILIGHTS
SOFT PANIC
SOIL & "PIMP" SESSION
SPARKY DEATHCAP
Steve Reich : Three tales
SULKY SHEENA
SUPERFLU
SUPERGRIP
SURSUMCORDA
SUSANNA AND THE MAGICAL ORCHESTRA
TAMARA WILLIAMSON
TANGTYPE
TAZIO & BOY
TEENAGE BAD GIRL
TELLEMAKE
THE BEAUTIFUL SCHIZOPHONIC
THE DRIFT
THE KEYS
THE KEYS
THE KRONOS QUARTET & ASHA BHOSLE
THE LOW LOWS
THE MISSING SEASON
THE PATRIOTIC SUNDAY
THIS MELODRAMATIC SAUNA
THOMAS BELHOM, "Cheval Oblique", 2007
TINY FOLK
UNIQUE RECORDS
V / A "HALF MOON OF PASCALS"
V /A : LIFE BEYOND MARS
V/A "LET IT BEE"
V/A "RUFS"
VS_PRICE
WATOO WATOO
WILLITS + SAKAMOTO
XAVIER JAMAUX & FRED AVRIL
YAIR ETZIONY
YARON HERMAN
YEEPEE "Balloons+Wishes=EtoilesFilantes"
Yeepee - Shoganai long play
YEEPEE, "Funnier in summer"
[Guÿom]

     

JASON GLASSER + DANIEL JOHNSTON
Vendredi 03 juin 2005, Galerie Le Garage, Toulouse
par Emmanuel | 4 juin 2005

La Belle et la Bête.
Tout commence avec le set solo de Jason Glasser ("Fruit Key"), un des membres du groupe américain Clem Snide.
Il enchaîne quelques morceaux, une dizaine, des morceaux sympas avec sa guitare en bois, facile à écouter. Ca casse pas la baraque mais ça se sirote bien comme les bières de La chatte à la voisine, qui ont fait le plein ce soir. Non, pas le plein de bières ; enfin, oui aussi ; mais le plein de gens. Le concert affichait complet. Live, tonight, sold out. Tiens, ça me rappelle un truc.
Et donc, c’était sympa. L’ambiance était chaleureuse. Dans tous les sens du terme. L’ambiance était fumeuse. Pareil.
Jason, il est plutôt beau gosse, genre le gendre idéal, qui parle un français incomplet mais avec un bel accent. Il fait penser à un étudiant modèle, genre bien coiffé, en chemise, et tout.
De loin, il fait classe anglaise, un peu. Oui, je l’ai vu de loin parce qu’il y avait un peu de monde quand même et j’ai fait un tour par le bar avant. Ben oui, j’étais venu à pied, ça donne soif.

Bon, après une pause de 20 minutes, M. Daniel Johnston entre en scène. Et là, l’ambiance est à son comble. Les gens lèvent les bras, crient et applaudissent. C’est une star Daniel. En fait, pour ceux qui savent pas -les ignares honte sur eux- DJ est une figure emblêmatique du rock indé américain. Et pour cause, il a influencé des groupes comme Yo La Tengo, Sonic Youth et était idolâtré par feu Kurt D. Cobain. Voir " Discovered covered " son dernier disque pour plus d’explication (Gammon records/Chronowax.)
Lui, de loin, il ressemble pas à la classe anglaise. De près non plus d’ailleurs. Au premier abord, je croyais que c’était Raffarin qui avait trouvé un nouveau mandat et retrouvé sa jeunesse. De loin...
Non, sinon, il me faisait penser à mon boucher, celui de la place des halles. Bien en chair, le regard dans le vide, vieux et moche. Et tremblant avec ça. Et quand il commence à jouer, c’est pire. Le pauvre homme n’arrive même pas à plaquer un accord. C’est plus du lo-fi, c’est du n’importe quoi là, non ?
Non. En fait, quelques chansons plus tard, ça s’éclaire. Vous savez, quand ça fait un gros coup au coeur et que le cerveau se déconnecte enfin pour laisser s’exprimer les sens. Ah d’accord. Derrière la forme reste le fond. Les mélodies. Ce type a un putain de génie mélodique. Un vrai bonheur. Bon, ça n’empêche pas les coquilles et les couacs, les "je recommence 3 fois le morceau" et les "je suis tellement usé que je tiens plus debout et je peux plus jouer". Mais quand même, c’est beau.
Il continue la deuxième moitié du concert au piano. Et là, ça va beaucoup mieux. Ca joue bien et ces chansons et son sens mélodique prennent toute leur dimension. C’est fin, c’est bon, ça se mange sans faim. C’est touchant en plus de ça.

Finalement, on se dit que s’il avait le physique et le capital sympathie du premier (Jason Glasser), Daniel Johnston aurait trop la classe. Et un certain succès peut être. Et Jason, ça lui plairait peut être d’avoir du génie mélodique aussi. Mais non. Et c’est très bien comme ça.
Je verrais plus mon boucher du même oeil.

Site de Daniel Johnston
Commentaires illustrés de Pierre Maurel



Dans la même rubrique
FAM 2005 / 16 septembre lundi 19 septembre 2005 par Emmanuel
PRIMAVERA SOUND 2005 jeudi 2 juin 2005 par Emmanuel
LALI PUNA samedi 14 août 2004 par Emmanuel
MOJAVE 3 dimanche 15 août 2004 par Emmanuel
OLIBANUM + VIOLON PROFOND lundi 22 mai 2006 par Emmanuel
PASCAL COMELADE + PIERRE BASTIEN mardi 3 juillet 2007 par Dr Bou
LEMOINE lundi 9 janvier 2006 par Emmanuel
ERIC BROCHARD lundi 7 avril 2008 par Dr Bou



Visite : 4463
Popularité : 24%