Artists:
  A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z  

Menu par nogues.org

Hiérarchie du site:
047
65 DAYS OF STATIC
ACTION DEAD MOUSE
ALEXANDER TUCKER
ALINA SIMONE
ALONE IN 1982
AMP
AMY WINEHOUSE
ANDREW SWEENY
ANNIE HALL
antisocial#009 - contact
AS WE FALL
ATONE
AUDIOPIXEL
B R OAD WAY "06:06 am"
BELONE QUARTET
BENJAMIN GIBBARD & ANDREW KENNY
BEXAR BEXAR
BJORK
BLUE HAIRED GIRL
BOCAGE
BOCAGE
BRAIN DAMAGE
BUGGE WESSELTOFT
CANASTA
CANNIBALES & VAHINES
CERCUEIL
CHAPTER
CHRIS LETCHER
CLARA CLARA
COCOROSIE
Compilation eDogm "Various Artists vol.1&2"
COMPILATION JAUNE ORANGE Vol 3 (2005)
CORDE SENSIBLE
CORNFLAKES HEROES
CORNFLAKES HEROES
D’INCISE
DANA HILLIOT AND HIS FRIENDS
DANA HILLIOT AND HIS FRIENDS (singing and playing)
DARK DARK DARK
DAVID GRUBBS - A Guess at the Riddle
DEPTH AFFECT
DEPTH AFFECT
DEVENDRA BANHART
DIONYSOS
DIRGE, "Rebecca", 2007
DJ FOOD & DK
DJ VADIM
DYLAN MUNICIPAL
EDDY CRAMPES
EGO
EL BOY DIE
EL HIJO, "Las otras vidas"
ENOZ
ERIC BLING
ERIC COPELAND
FARRYL PURKISS
FEDADEN
FILM NOIR
FLOWERS FROM THE MAN WHO SHOT YOUR COUSIN
FOLKS
FOREIGN BEGGARS
FOREIGN BEGGARS
FRANCESCO TRISTANO
FRIENDS OF P.
FUCK BUDDIES
GIARDINI DI MIRÒ
GIOVANNI MIRABASSI
GOGOO
GONG GONG
GOO GOO BLOWN (Le bonhomme)
GRAND BUREAU
GREGOR SAMSA
GUILLAUME ELUERD
H-TRANCE
HALF ASLEEP
HELIGOLAND
HENNING SPECHT
HOEPFFNER
HOLLOW BLUE
HOME VIDEO
HOT CHIP
IN MY ROOM
JACK LEWIS
JAPANESE GUM
jerseyturnpike
JOCARI
JOCARI -
JOHAN ASHERTON
JOHN WAYNE SHOT ME
JON AUER
JUDITH AND HOLOFERNES
JULIEN DUTHU & REMI PANOSSIAN
JULLIAN ANGEL
JUNE MADRONA
JUNETILE
KARLIT & KABOK
KATAMINE
KATZ
KEN ISHII
KHALE
KNX CREW
KRONOS QUARTET, WU MAN - TERRY RILEY
L’OBJET
L’OCELLE MARE
L’OEUF RAIDE
LA BATTERIE
LA BELLE IMAGE
LA DONNA INVISIBILE, Bande Originale
LA FRITURE MODERNE
LA TERRE TREMBLE !!!
LACORDE
LAURENT ROCHELLE
LAUTER
LE TIGRE DES PLATANES & ETENESH WASSIE
LE TONE
LEILA
LEMOINE
LES FRAGMENTS DE LA NUIT
LILLIPUT ORKESTRA
LODZ
LOU REED & ZEITKRATZER
Loyola - It will Shine
LOZNINGER
LUC
MANGROVE
MARC SARRAZY - LAURENT ROCHELLE
MARVIN
MASHA QRELLA
MATES OF STATE
MATTHEW HERBERT
Melmac
MELODIUM
MICHAEL NYMAN
MICHEL ET MICHEL "From Michel et Michel with love"
MIKHAIL
MILOS UNPLUGGED
MINOR MAJORITY
MIOU MIOU
MONKEY
MONTEL
MOONMAN
MORFAR
Mr 60
MRS CHAN / MR CHOW / MISS (O)
MY BROKEN FRAME
MY NAME IS NOBODY
N-NAOS
NOVO - Je retiens ton souffle
ODRAN TRUMMEL
ODRAN TRÜMMEL
OH ASTRO
OPITOPE
OTOMO YOSHIHIDE
PANDA BEAR
PAPIER TIGRE, 2007
PASCAL COMELADE
PASCAL COMELADE & ROBERT WYATT
PERCEVAL MUSIC
PINK COMPUTER
POLITE SLEEPER
POLLYANNA
PORTISHEAD
POSTCARDS (VA)
PUFF & DUFF
QUASIMODE
R-ZATZ
RAF AND O
RAL PARTHA VOGELBACHER
RAN SLAVIN
REINHOLD FRIEDL
ROGUE WAVE
ROUGGE
SAYCET
SELFBRUSH
SENIOR COCONUT (and his orchestra)
SIBYL VANE
SILENCIO
SILENCIO
SIM#6
SIRKA RAGNAR
SIX TWILIGHTS
SOFT PANIC
SOIL & "PIMP" SESSION
SPARKY DEATHCAP
Steve Reich : Three tales
SULKY SHEENA
SUPERFLU
SUPERGRIP
SURSUMCORDA
SUSANNA AND THE MAGICAL ORCHESTRA
TAMARA WILLIAMSON
TANGTYPE
TAZIO & BOY
TEENAGE BAD GIRL
TELLEMAKE
THE BEAUTIFUL SCHIZOPHONIC
THE DRIFT
THE KEYS
THE KEYS
THE KRONOS QUARTET & ASHA BHOSLE
THE LOW LOWS
THE MISSING SEASON
THE PATRIOTIC SUNDAY
THIS MELODRAMATIC SAUNA
THOMAS BELHOM, "Cheval Oblique", 2007
TINY FOLK
UNIQUE RECORDS
V / A "HALF MOON OF PASCALS"
V /A : LIFE BEYOND MARS
V/A "LET IT BEE"
V/A "RUFS"
VS_PRICE
WATOO WATOO
WILLITS + SAKAMOTO
XAVIER JAMAUX & FRED AVRIL
YAIR ETZIONY
YARON HERMAN
YEEPEE "Balloons+Wishes=EtoilesFilantes"
Yeepee - Shoganai long play
YEEPEE, "Funnier in summer"
[Guÿom]

     

FESTIVAL JAZZ A LUZ
Edition 2007, Luz St Sauveur avec le Tigre Des Platanes & Eténèsh Wassie, Le Duo Tras, Les Bampots, Rageaous Gratoons ...
par Dr Bou | 25 juillet 2007

Exceptionnellement cette année, le festival Jazz à Luz ne dura pour nous que le temps d’un court week-end. « Travailler plus pour gagner plus » oblige nous dûmes abandonner l’idée d’un festival au long terme. Dommage maintes fois dommage car l’affiche de cette année placée sous le signe du piano avait de quoi allécher...

C’est en fin d’après-midi que nous arrivâmes au petit village de Luz St Sauveur. Après avoir effectué le rituel du planter de tente, nous décidâmes d’aller voir le premier concert de la journée en compagnie de la pianiste Bettina Kee. Malencontreux hasard des coïncidences nous préférâmes (une partie du groupe seulement) profiter de l’air frais de la montagne plutôt de que s’enfermer. Mal nous en a pris car le concert de la pianiste fut l’une des très belles découvertes de cette année. Tant pis....

Ce petit loupé ne nous a pas empêché d’aller écouter le discours inaugural du festival en compagnie de son président Jean-Pierre Layrac et d’un verre de Madiran dans la main. Et oui Jazz à Luz n’est pas un simple festival de musique mais un lieu de convivialité où chaque année nous partageons vin, magret et crèpes le tout assaisonné de rencontres inédites. Et des rencontres inédites, il en fut fortement question pour ce premier soir d’ouverture entre le Tigre Des Platanes et la chanteuse éthiopienne Eténèsh Wassie.

Sur la grande scène du festival c’est Marc Demereau et son saxophone qui entrèrent les premiers sur scène délivrant un solo endiablé avant d’être rejoint par la puissante voix d’Eténèsh Wasssie accompagné de ses chants amhariques (langue de l’Ethiopie). Instant magique entre cette voix chaude et puissante et le souffle rauque et métallique du saxophone. Duel au sommet qui fut bien vite rejoint par le groupe dans la totalité (Fabien Duscombs - batterie , Piero Pépin - trompette et Mathieu Sourisseau - basse acoustique) qui entamèrent dans un même élan un groove brutal et rachitique parfaitement enlevé par la voix de la chanteuse éthiopienne. S’en suivit onze morceaux plus un rappel puisant tout aussi bien dans le répertoire traditionnel éthiopien que dans le funk ou groove africain (voir compilation les Ethiopiques). Moins dansant qu’à l’accoutumé, le concert du Tigre Des Platanes n’en fut pas moins renversant et époustouflant. Cerise sur le gâteau, le morceaux Awash, douce mélodie cuivrée un brin mystérieuse sur laquelle vint se poser la voix délicate d’Eténèsh comme le soleil levant devant un parterre de cuivres. Un grand moment !

Tandis que le concert du Tigre Des Platanes se finissait dans l’ombre des nuages tonnants ce fut autour de Rageous Gratoons de commencer la seconde partie de la soirée. Malheureusement pour eux, le premier morceau finit, ce fut autour de la pluie de s’inviter dans le tourbillon dansant du groupe. Tant est si bien, qu’un morceau plus loin, le groupe fut obligé de plier bagages non sans contrariétés. Contrariétés qui se généralisèrent au public fort mécontent de la tournure des événements et de l’insouciance des organisateurs. Dommage car Rageous Gratoons avec sa vielle à roue et son harmonium (et bien d’autres instruments) prônait une musique festive allant du bassin méditerranéen aux pays de l’Est.

Vaincu par la pluie, nous nous dirigeâmes vers la salle des voûtes pour y écouter (cela est un bien grand mot) le groupe toulousain X-OR. Croisé quelles heures plus tôt, le duo jurait par monts et par vaux avoir répété et s’être amélioré. Force est de constater qu’en cette soirée notre délicieux duo prônait toujours le grand n’importe quoi bordélique. De la panne de boîte à rythmes, aux discours presque incompréhensibles, du proto punk à la reprise déjantée de Raphaël, de la poésie barrée sous fond de bossa-nova, tout fut mixé, balancé avec force des grands jours. En un mot du grand n’importe quoi mais c’est pour ça qu’on les aime !


Dimanche matin après un petit déjeuner en terrasse, nous nous dirigeâmes vaillamment (c’est-à-dire à pied) au village de Sazos sur les hauteurs de Luz St Sauveur pour la traditionnelle ballade musicale qui cette année fut plus gastronomique que physique....

En chemin nous nous arrêtâmes à l’auberge des Eaux Vives pour y écouter Nej’Ma groupe fortement recommandé par l’une des organisatrices du festival. Effectivement la chanteuse du groupe, Rachida Kherfa, a du charme, de la prestance et sa belle voix renvoie au grain d’étoiles modelées par les vents méditerranéens. Cependant après quelques morceaux nous continuâmes notre route car malgré tout, cette musique méditerranéenne aux accents arabisants ne nous toucha pas plus que ça. Arrivés à Sazos, nous fîmes une halte déjeuner (entendez par là, une pause sandwich) avec en fond sonore la mini fanfare festive de La Marmaille (basse, clarinette, saxophone, trompette, trombone). Le groupe toulousain délivra un petit set fort contrasté alliant parfois le meilleur d’une musique festive maîtrisée et le pire ces instants improvisés pas très convaincants. De plus l’ajout d’une basse aux accents supra groovy ne collait pas trop à l’ensemble des morceaux. A revoir dans d’autres conditions...

JPEG - 24.7 ko
Les Bampots invitant Ted Milton sur la grande scène du festival. Photo prise par Sophie le dernier soir du festival...

Après cette halte salvatrice (pour nos estomacs) nous fîmes le tour du village avant de tomber sur Les Bampots. Formation atypique (Deux trombones, une trompette, un saxophone, trois caisses claires, une cymbale déglinguée et un couvercle de poubelle), le groupe délivra une déferlante sonore cuivrée et syncopée le tout porté par des rythmiques métronomiques. En un mot une horde sauvage minimaliste aux accents punk et free, un brûlot musical étiré à l’infini. Du grand art porté par la maxime du trompettiste (Patrick Charbonnier) « Ca vous a plu ? Crachez donc dessus ! ». Avec grand plaisir !!!

Après ce décrassage d’oreille en bonne et due forme, nous assistâmes à un autre concert tout aussi renversant. Comme son nom l’indique Duo Tras est un duo composé de Bernard Combi (voix, accordéon) et de Dominique Bénété (contrebasse). Un duo placé sous le signe des chansons traditionnelles du Limousin. Cependant n’allez pas voir là un concert soporifique et traditionaliste. Non ; le Duo Tras c’est tout le contraire, une modernité avec les textes du passé, une maîtrise vocale ahurissante et une contrebasse tonitruante. Un croisement improbable mais fortement musical entre l’exubérance d’un Jango Edwards et le charisme d’un Lou Reed. C’est dire que le duo fut atypique et que leur musique le fut tout autant.

Après ce petit concert fort agréable, nous dûmes rentrer, défaire nos tentes, dire aux revoirs aux connaissances locales et partir sous les nuages vers la ville, la pollution et le stress.... Ah décidément ce « travailler plus pour gagner plus » aura eu finalement raison de nous... Snif snif...

Site Du Festival / Site Label présent



Dans la même rubrique
FAM 2005 / 16 septembre lundi 19 septembre 2005 par Emmanuel
PRIMAVERA SOUND 2005 jeudi 2 juin 2005 par Emmanuel
LALI PUNA samedi 14 août 2004 par Emmanuel
MOJAVE 3 dimanche 15 août 2004 par Emmanuel
OLIBANUM + VIOLON PROFOND lundi 22 mai 2006 par Emmanuel
JASON GLASSER + DANIEL JOHNSTON samedi 4 juin 2005 par Emmanuel
LEMOINE lundi 9 janvier 2006 par Emmanuel
ERIC BROCHARD lundi 7 avril 2008 par Dr Bou



Visite : 3442
Popularité : 42%