Artists:
  A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z  

Menu par nogues.org

Hiérarchie du site:
047
65 DAYS OF STATIC
ACTION DEAD MOUSE
ALEXANDER TUCKER
ALINA SIMONE
ALONE IN 1982
AMP
AMY WINEHOUSE
ANDREW SWEENY
ANNIE HALL
antisocial#009 - contact
AS WE FALL
ATONE
AUDIOPIXEL
B R OAD WAY "06:06 am"
BELONE QUARTET
BENJAMIN GIBBARD & ANDREW KENNY
BEXAR BEXAR
BJORK
BLUE HAIRED GIRL
BOCAGE
BOCAGE
BRAIN DAMAGE
BUGGE WESSELTOFT
CANASTA
CANNIBALES & VAHINES
CERCUEIL
CHAPTER
CHRIS LETCHER
CLARA CLARA
COCOROSIE
Compilation eDogm "Various Artists vol.1&2"
COMPILATION JAUNE ORANGE Vol 3 (2005)
CORDE SENSIBLE
CORNFLAKES HEROES
CORNFLAKES HEROES
D’INCISE
DANA HILLIOT AND HIS FRIENDS
DANA HILLIOT AND HIS FRIENDS (singing and playing)
DARK DARK DARK
DAVID GRUBBS - A Guess at the Riddle
DEPTH AFFECT
DEPTH AFFECT
DEVENDRA BANHART
DIONYSOS
DIRGE, "Rebecca", 2007
DJ FOOD & DK
DJ VADIM
DYLAN MUNICIPAL
EDDY CRAMPES
EGO
EL BOY DIE
EL HIJO, "Las otras vidas"
ENOZ
ERIC BLING
ERIC COPELAND
FARRYL PURKISS
FEDADEN
FILM NOIR
FLOWERS FROM THE MAN WHO SHOT YOUR COUSIN
FOLKS
FOREIGN BEGGARS
FOREIGN BEGGARS
FRANCESCO TRISTANO
FRIENDS OF P.
FUCK BUDDIES
GIARDINI DI MIRÒ
GIOVANNI MIRABASSI
GOGOO
GONG GONG
GOO GOO BLOWN (Le bonhomme)
GRAND BUREAU
GREGOR SAMSA
GUILLAUME ELUERD
H-TRANCE
HALF ASLEEP
HELIGOLAND
HENNING SPECHT
HOEPFFNER
HOLLOW BLUE
HOME VIDEO
HOT CHIP
IN MY ROOM
JACK LEWIS
JAPANESE GUM
jerseyturnpike
JOCARI
JOCARI -
JOHAN ASHERTON
JOHN WAYNE SHOT ME
JON AUER
JUDITH AND HOLOFERNES
JULIEN DUTHU & REMI PANOSSIAN
JULLIAN ANGEL
JUNE MADRONA
JUNETILE
KARLIT & KABOK
KATAMINE
KATZ
KEN ISHII
KHALE
KNX CREW
KRONOS QUARTET, WU MAN - TERRY RILEY
L’OBJET
L’OCELLE MARE
L’OEUF RAIDE
LA BATTERIE
LA BELLE IMAGE
LA DONNA INVISIBILE, Bande Originale
LA FRITURE MODERNE
LA TERRE TREMBLE !!!
LACORDE
LAURENT ROCHELLE
LAUTER
LE TIGRE DES PLATANES & ETENESH WASSIE
LE TONE
LEILA
LEMOINE
LES FRAGMENTS DE LA NUIT
LILLIPUT ORKESTRA
LODZ
LOU REED & ZEITKRATZER
Loyola - It will Shine
LOZNINGER
LUC
MANGROVE
MARC SARRAZY - LAURENT ROCHELLE
MARVIN
MASHA QRELLA
MATES OF STATE
MATTHEW HERBERT
Melmac
MELODIUM
MICHAEL NYMAN
MICHEL ET MICHEL "From Michel et Michel with love"
MIKHAIL
MILOS UNPLUGGED
MINOR MAJORITY
MIOU MIOU
MONKEY
MONTEL
MOONMAN
MORFAR
Mr 60
MRS CHAN / MR CHOW / MISS (O)
MY BROKEN FRAME
MY NAME IS NOBODY
N-NAOS
NOVO - Je retiens ton souffle
ODRAN TRUMMEL
ODRAN TRÜMMEL
OH ASTRO
OPITOPE
OTOMO YOSHIHIDE
PANDA BEAR
PAPIER TIGRE, 2007
PASCAL COMELADE
PASCAL COMELADE & ROBERT WYATT
PERCEVAL MUSIC
PINK COMPUTER
POLITE SLEEPER
POLLYANNA
PORTISHEAD
POSTCARDS (VA)
PUFF & DUFF
QUASIMODE
R-ZATZ
RAF AND O
RAL PARTHA VOGELBACHER
RAN SLAVIN
REINHOLD FRIEDL
ROGUE WAVE
ROUGGE
SAYCET
SELFBRUSH
SENIOR COCONUT (and his orchestra)
SIBYL VANE
SILENCIO
SILENCIO
SIM#6
SIRKA RAGNAR
SIX TWILIGHTS
SOFT PANIC
SOIL & "PIMP" SESSION
SPARKY DEATHCAP
Steve Reich : Three tales
SULKY SHEENA
SUPERFLU
SUPERGRIP
SURSUMCORDA
SUSANNA AND THE MAGICAL ORCHESTRA
TAMARA WILLIAMSON
TANGTYPE
TAZIO & BOY
TEENAGE BAD GIRL
TELLEMAKE
THE BEAUTIFUL SCHIZOPHONIC
THE DRIFT
THE KEYS
THE KEYS
THE KRONOS QUARTET & ASHA BHOSLE
THE LOW LOWS
THE MISSING SEASON
THE PATRIOTIC SUNDAY
THIS MELODRAMATIC SAUNA
THOMAS BELHOM, "Cheval Oblique", 2007
TINY FOLK
UNIQUE RECORDS
V / A "HALF MOON OF PASCALS"
V /A : LIFE BEYOND MARS
V/A "LET IT BEE"
V/A "RUFS"
VS_PRICE
WATOO WATOO
WILLITS + SAKAMOTO
XAVIER JAMAUX & FRED AVRIL
YAIR ETZIONY
YARON HERMAN
YEEPEE "Balloons+Wishes=EtoilesFilantes"
Yeepee - Shoganai long play
YEEPEE, "Funnier in summer"
[Guÿom]

     

ZODIAC, 2007, Etats-Unis
Réalisé par David Fincher avec Jake Gyllenhaal, Mark Ruffalo, Anthony Edwards
par Dr Bou | 22 mai 2007

A l’heure où j’écris ces quelques lignes, je ne sais pas si Zodiac aura un prix lors du soixantième festival de Cannes. Pour ma part et au vu des nombreux prestigieux noms de réalisateurs qui concourent cette année, Zodiac n’aura sans doute pas la palme d’or mais restera néanmoins l’une des révélations du festival et celle de la naissance de David Fincher comme cinéaste à part entière et non comme simple faiseur d’images. Réalisateur issu des clips vidéos, David Fincher ne s’était jusqu’à présent pas franchement démarqué de ses gimmicks tape-à-l’œil que l’on retrouve dans les publicités ou les clips vidéo. De Seven à The Game ou de Fight Club à Panic Room, il y avait toujours cette partie pompeuse (ici de magnifiques couleurs ocres, là des effets spéciaux magnifiquement produits) qui finissait par surcharger le film et le confiner dans un carcan visuel impeccable mais dénué souvent d’humanité. Avec Zodiac, David Fincher rompt avec ses anciennes habitudes et signe un film épuré dans la grande lignée des films américains des années soixante-dix.

Basé sur des faits réels, Zodiac est l’une des plus grandes histoires criminelles américaines non élucidée à ce jour. Durant plus de dix ans (de 1966 à 1978) un tueur énigmatique répondant au nom de "Zodiac" sema la panique en Californie en tuant plusieurs personnes de sang froid. Outre l’aspect morbide de ses crimes, le tueur du zodiaque se rendit surtout célèbre par son mode opératoire (modus operandi) et par l’envoi de lettres énigmatiques et cryptées à différents journaux locaux. Fascinés par les cryptogrammes du tueur, trois personnages clés aux destins croisés vont ainsi basculer dans le sillage du tueur. De l’inspecteur David Toschi en charge de l’affaire, au journaliste Paul Avery puis au caricaturiste (cartooniste) Robert Graysmith, chacun à leur manière, va enquêter sur l’affaire jusqu’à s’enfermer dans une spirale obsessionnelle, celle de trouver par tous les moyens possibles le tueur et ce quelqu’en soit le prix.

Délaissant ses effets spéciaux tape-à-l’œil et ses plans de caméra ultra léchés, David Fincher réalise un film sobre uniquement focalisé sur ses principaux protagonistes. Même si le film admet quelques longueurs (2h36min) c’est surtout parce qu’il montre des années et des années d’errances, de déchéances et de recherches infructueuses. C’est d’ailleurs ce point de vue que le cinéaste américain réussit le mieux dans son film en le focalisant sur ces obsessions jamais assouvies qui plonge chacun des personnages dans une lente autodestruction. Zodiac est la chronique d’un échec non assumé mais certainement pas celle de David Fincher qui signe ici son meilleur film à ce jour.



Dans la même rubrique
JESUS CAMP, 2007, Etats Unis mercredi 2 mai 2007 par Dr Bou
L’hebdo du samploriste #15 lundi 19 septembre 2005 par Souplex
LES CONTES DE TERREMER, Japon, 2007 lundi 30 avril 2007 par Dr Bou
L’Hebdo du samploriste#06 dimanche 13 février 2005 par Souplex
"CONTROL" mardi 9 octobre 2007 par Dr Bou
CLERKS II, 2007, Etats Unis mardi 15 mai 2007 par Dr Bou
CHET BAKER - LET’S GET LOST mardi 29 juillet 2008 par Dr Bou
L’hebdo du samploriste#09 dimanche 1er mai 2005 par Souplex



Visite : 4178
Popularité : 30%