Artists:
  A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z  

Menu par nogues.org

Hiérarchie du site:
047
65 DAYS OF STATIC
ACTION DEAD MOUSE
ALEXANDER TUCKER
ALINA SIMONE
ALONE IN 1982
AMP
AMY WINEHOUSE
ANDREW SWEENY
ANNIE HALL
antisocial#009 - contact
AS WE FALL
ATONE
AUDIOPIXEL
B R OAD WAY "06:06 am"
BELONE QUARTET
BENJAMIN GIBBARD & ANDREW KENNY
BEXAR BEXAR
BJORK
BLUE HAIRED GIRL
BOCAGE
BOCAGE
BRAIN DAMAGE
BUGGE WESSELTOFT
CANASTA
CANNIBALES & VAHINES
CERCUEIL
CHAPTER
CHRIS LETCHER
CLARA CLARA
COCOROSIE
Compilation eDogm "Various Artists vol.1&2"
COMPILATION JAUNE ORANGE Vol 3 (2005)
CORDE SENSIBLE
CORNFLAKES HEROES
CORNFLAKES HEROES
D’INCISE
DANA HILLIOT AND HIS FRIENDS
DANA HILLIOT AND HIS FRIENDS (singing and playing)
DARK DARK DARK
DAVID GRUBBS - A Guess at the Riddle
DEPTH AFFECT
DEPTH AFFECT
DEVENDRA BANHART
DIONYSOS
DIRGE, "Rebecca", 2007
DJ FOOD & DK
DJ VADIM
DYLAN MUNICIPAL
EDDY CRAMPES
EGO
EL BOY DIE
EL HIJO, "Las otras vidas"
ENOZ
ERIC BLING
ERIC COPELAND
FARRYL PURKISS
FEDADEN
FILM NOIR
FLOWERS FROM THE MAN WHO SHOT YOUR COUSIN
FOLKS
FOREIGN BEGGARS
FOREIGN BEGGARS
FRANCESCO TRISTANO
FRIENDS OF P.
FUCK BUDDIES
GIARDINI DI MIRÒ
GIOVANNI MIRABASSI
GOGOO
GONG GONG
GOO GOO BLOWN (Le bonhomme)
GRAND BUREAU
GREGOR SAMSA
GUILLAUME ELUERD
H-TRANCE
HALF ASLEEP
HELIGOLAND
HENNING SPECHT
HOEPFFNER
HOLLOW BLUE
HOME VIDEO
HOT CHIP
IN MY ROOM
JACK LEWIS
JAPANESE GUM
jerseyturnpike
JOCARI
JOCARI -
JOHAN ASHERTON
JOHN WAYNE SHOT ME
JON AUER
JUDITH AND HOLOFERNES
JULIEN DUTHU & REMI PANOSSIAN
JULLIAN ANGEL
JUNE MADRONA
JUNETILE
KARLIT & KABOK
KATAMINE
KATZ
KEN ISHII
KHALE
KNX CREW
KRONOS QUARTET, WU MAN - TERRY RILEY
L’OBJET
L’OCELLE MARE
L’OEUF RAIDE
LA BATTERIE
LA BELLE IMAGE
LA DONNA INVISIBILE, Bande Originale
LA FRITURE MODERNE
LA TERRE TREMBLE !!!
LACORDE
LAURENT ROCHELLE
LAUTER
LE TIGRE DES PLATANES & ETENESH WASSIE
LE TONE
LEILA
LEMOINE
LES FRAGMENTS DE LA NUIT
LILLIPUT ORKESTRA
LODZ
LOU REED & ZEITKRATZER
Loyola - It will Shine
LOZNINGER
LUC
MANGROVE
MARC SARRAZY - LAURENT ROCHELLE
MARVIN
MASHA QRELLA
MATES OF STATE
MATTHEW HERBERT
Melmac
MELODIUM
MICHAEL NYMAN
MICHEL ET MICHEL "From Michel et Michel with love"
MIKHAIL
MILOS UNPLUGGED
MINOR MAJORITY
MIOU MIOU
MONKEY
MONTEL
MOONMAN
MORFAR
Mr 60
MRS CHAN / MR CHOW / MISS (O)
MY BROKEN FRAME
MY NAME IS NOBODY
N-NAOS
NOVO - Je retiens ton souffle
ODRAN TRUMMEL
ODRAN TRÜMMEL
OH ASTRO
OPITOPE
OTOMO YOSHIHIDE
PANDA BEAR
PAPIER TIGRE, 2007
PASCAL COMELADE
PASCAL COMELADE & ROBERT WYATT
PERCEVAL MUSIC
PINK COMPUTER
POLITE SLEEPER
POLLYANNA
PORTISHEAD
POSTCARDS (VA)
PUFF & DUFF
QUASIMODE
R-ZATZ
RAF AND O
RAL PARTHA VOGELBACHER
RAN SLAVIN
REINHOLD FRIEDL
ROGUE WAVE
ROUGGE
SAYCET
SELFBRUSH
SENIOR COCONUT (and his orchestra)
SIBYL VANE
SILENCIO
SILENCIO
SIM#6
SIRKA RAGNAR
SIX TWILIGHTS
SOFT PANIC
SOIL & "PIMP" SESSION
SPARKY DEATHCAP
Steve Reich : Three tales
SULKY SHEENA
SUPERFLU
SUPERGRIP
SURSUMCORDA
SUSANNA AND THE MAGICAL ORCHESTRA
TAMARA WILLIAMSON
TANGTYPE
TAZIO & BOY
TEENAGE BAD GIRL
TELLEMAKE
THE BEAUTIFUL SCHIZOPHONIC
THE DRIFT
THE KEYS
THE KEYS
THE KRONOS QUARTET & ASHA BHOSLE
THE LOW LOWS
THE MISSING SEASON
THE PATRIOTIC SUNDAY
THIS MELODRAMATIC SAUNA
THOMAS BELHOM, "Cheval Oblique", 2007
TINY FOLK
UNIQUE RECORDS
V / A "HALF MOON OF PASCALS"
V /A : LIFE BEYOND MARS
V/A "LET IT BEE"
V/A "RUFS"
VS_PRICE
WATOO WATOO
WILLITS + SAKAMOTO
XAVIER JAMAUX & FRED AVRIL
YAIR ETZIONY
YARON HERMAN
YEEPEE "Balloons+Wishes=EtoilesFilantes"
Yeepee - Shoganai long play
YEEPEE, "Funnier in summer"
[Guÿom]

     

FUCK BUDDIES, UN GARCON QUI SAIT QUI IL EST.
Les chroniviews de Joan et Mélodie
par Joan | 28 mai 2006

Après une collaboration entamée en Novembre 2005 pour un compte-rendu du mémorable concert de Corbier à la Cité-U Chapou à Toulouse (mettez ici trois gros points de suspension puis un point d’exclamation, avec la signification que vous voudrez y donner), Mélodie et moi avons décidé de ne pas en rester là et de créer les "Chroniviews", un mélange de chronique et d’interview autour d’un artiste et de son dernier album.
Bien sûr, nous ne prétendons pas être des journalistes... C’est donc avec décontraction et sans prise de tête que nous décidons de réaliser ces chroniviews.

Je débute la rubrique en compagnie de Fuck Buddies, artiste du label toulousain Dead Bees.
 [1]

Après le magnifique In Slumberland, sorti il y a un an, et qui m’a poursuivi tout l’hiver, voilà Jupiter. Je retrouve avec plaisir tout ce qui me plaît dans la musique de Fuck Buddies : les textes personnels et sombres, avec les obsessions récurrentes sur la famille, les relations superficielles décevantes... Une instrumentalisation sombre et dépouillée qui se suffit à elle-même, la voix pleine de rage contenue, parfois monocorde de Sébastien... Celui-ci semble avoir un peu plus expérimenté du côté de l’électro (plus de beats et de sons synthétiques). Et puis il y a bien sûr une passion que nous partageons pour certains groupes comme Smog ! Mais bien que je sente son influence encore trop prégnante sur les chansons de Fuck Buddies, « n’est pas Smog qui veut » disais-je l’autre fois. Et Sébastien se débrouille pas mal de ce côté-là.

 [2] Les chansons de Jupiter reposent beaucoup sur la voix, et sont à la fois simples et efficaces. La chanson éponyme est une digne suite au Be Home For Christmas de In Slumberland. An awkward position a un côté très noir et assez cinématographique, tout comme Fishers. On respire plus sur Bianca, qui projette des films en super-8 dans ma tête ! Puis on tombe de plus en plus au fond de la mer avec Your friend, et Mireille qui me laisse pensive, contemplant de manière rêveuse la fumée d’une cigarette qui danse dans la lumière.... You shat yourself for the last time est l’enclume qui nous coule définitivement dans l’obscurité et le silence...
Vivement le prochain ! A priori il ne devrait pas tarder... Comme monsieur Fuck le dit si bien sur sa page myspace : "Piano Breakdown" is 8 songs recorded over a very tough week, featuring keyboards and vocals. It’s got a lot in common with "A Storm" as far as expulsing grueling feelings goes.
Tout un programme !

C’est donc sous forme de tchat’ que se fait ma première interview. Discussion à bâtons rompus.

Salut Sébastien, ça va ?
Oui, et toi ?

Oui merci ! (C’était la première question).
(Je me doute...)

Tes chansons parlent de toi de manière très intime. C’est difficile de se livrer comme ça ou c’est plutôt un besoin ?
Ca se fait très naturellement. Je n’en ai pas été capable pendant longtemps, peut-être parce que je n’avais rien de très intéressant à raconter... Ce n’est pas vraiment un besoin, mais ça me fait du bien : extérioriser des choses pour prendre du recul...

Tu es un autodidacte ?
Oui.

Qu’est ce qui, selon toi, va faire la différence entre un autodidacte et quelqu’un qui est formé ?
Je pense que les deux peuvent faire de la très bonne musique, je ne crois pas à un parcours-type. Je dirais que ce qui différencie les musiciens en général, c’est ce qu’ils mettent dans leur musique.

Alors tu penses que la technique n’est pas nécessaire pour s’exprimer de manière artistique ?
Non, je ne pense pas qu’elle soit nécessaire. Je ne crois pas vraiment à la technique. Je suis quelqu’un d’instinctif et je pense que ce qui importe, c’est l’émotion.

The Nova Express, ça existe toujours ?
Pas vraiment... Je n’ai pas fait de croix sur le groupe ; je ne sais pas trop ce qu’en pensent les autres, mais pour l’instant ça m’intéresse plus de me concentrer sur Fuck Buddies. Matthieu et Joël (batteur et guitariste/chanteur) jouent ensemble dans Alone in 1982.

Quelles sont les différences de démarches entre les deux groupes ?
C’est assez simple : The Nova Express est un groupe composé de plusieurs individus, Fuck Buddies c’est juste moi. Ce n’est pas une question d’ego, mais dans The Nova Express, on faisait une sorte de power pop un peu angoissée, plutôt orientée dans l’énergie, le coté rock... A un moment donné, je me suis mis à accumuler des morceaux calmes et très intimes, j’ai décidé d’en faire quelque chose, ça a donné "A storm". A l’époque, je pensais que ça ne serait qu’un one-shot, mais très vite je me suis rendu compte à quel point c’est simple de faire de la musique tout seul : ne pas avoir à gérer les répétitions, à motiver trois autres personnes... Pas d’amplis à trimballer ! Avec Fuck Buddies, tout ne tient qu’à moi et j’aime ça.

C’est sûr que pour qu’un groupe marche il faut une sacrée dynamique... de groupe.
Oui, et je pense qu’on a pas souvent été sur la même longueur d’ondes, je pense qu’on a fondamentalement pas les mêmes envies... Je me suis énormément amusé dans le groupe, mais très vite j’ai vu que ça n’irait pas bien loin.

Sur « Jupiter », de quoi es-tu satisfait par rapport à tes disques précédents ?
Hé bien... Je suis satisfait du disque... Je suis satisfait des autres aussi.... Je n’ai pas vraiment de recul... Les disques évoluent en même temps que moi, chaque disque est moi au moment où je l’ai enregistré. Je pense que je progresse... Enfin, j’ai l’impression ! Je tente des choses nouvelles, je vais un peu plus vers les arrangements, les beats. Ce n’est que du "ah tiens si j’essayais de faire ça" au départ. Ca donne des essais fructueux, ou non.

Tu penses manquer de distance sur ton travail pour le juger ?
Non, je peux le juger, mais j’ai plus de mal à comparer. Il y a des chansons que je ne joue plus, qui me semblent un peu maladroites, des choses que je ne referais pas de la même manière. Mais les choses sont comme elles sont pour une raison, ce n’est pas quelque chose qui me dérange. Je suis fier de mes disques, enfin, satisfait surtout. Je pense qu’autrement je ne les sortirais pas.

Est ce tu penses t’être "affranchi", en quelque sorte, de tes influences musicales, ou sont-elles encore prégnantes dans ta musique ?
Elles sont bien là, je pense, mais il y en a tellement que ça se remarque peut-être moins... J’écoute vraiment beaucoup de musique. Sur le prochain disque, il y a un morceau qui fait très Smog : le chant, la musique... Mais comme c’est un disque que j’ai enregistré sur une très courte période de temps, plutôt mal en point, je n’y toucherai pas.

C’est assumé alors, les influences comme Smog ?
Oui, j’assume tout. Le premier disque n’aurait jamais existé sans "Fag Patrol", le mini-album acoustique de Xiu Xiu, avec lequel il a énormément en commun. Je respecte énormément ces artistes, c’est normal qu’ils se retrouvent un peu dans ma musique.

A part la musique et le "disfonctionnement" ( !), qu’est qui t’inspires ?
Ca dépend un peu. Ces derniers temps, ça a surtout été ma famille, gérer la vieillesse de mes grands parents, les amitiés déçues et des trucs glanés ci et là : des faits divers, des histoires de famille... Des trucs qui me restent en travers de la gorge, souvent.

La nostalgie ça t’inspire ?
Pas du tout ! Enfin je ne crois pas non... Tout dépend de ce que tu appelles nostalgie.

C’est marrant parce que je trouvais qu’il y avait un côté nostalgique dans ce que tu fais, comme si tu regardais plus souvent vers le passé que le futur ou le présent...
La plupart des trucs dans mes chansons, je ne voudrais jamais les revivre. Donc non, je ne suis pas nostalgique. Mais je comprends que ça s’entende comme ça.

La scène c’est quoi pour toi ?
Un moyen de toucher d’autres gens.

Tu te sens à l’aise ou pas ?
Oh oui, plutôt ! Les premiers concerts ont été très étranges - avant la sortie de "A storm", et un peu après. C’était la première fois que je me retrouvais à exhiber mes histoires avec rien d’autre qu’une guitare... Mais heureusement, beaucoup de monde m’a dit que c’était super : j’ai préféré les croire.

C’est ça qui est intéressant dans le fait de parler de soi de manière intime (ce que je disais au début).
C’est sûr.

Pour avoir déjà été sur scène, je trouve que c’est un drôle de truc : être en représentation, sentir les regards sur soi, essayer de faire passer quelque chose...
En fait c’est très simple : si tu racontes quelque chose de vrai, les gens te croient. Je ne me prends pas trop la tête sur ça : à partir du moment où je ne me mens pas, tout va bien. La plupart des gens respectent ça. Souvent, lorsque je fais des concerts, les personnes ne comprennent pas que je ne veuille pas jouer à un volume trop élevé. Mais le public va vraiment écouter vraiment quelqu’un qui ne pose pas, les gens vont faire attention et la plupart te respecteront.

Depuis Myspace, il y a des choses qui ont changé ?
Haha... Non, bien sûr que non ! Enfin, pas que je sache... Je corresponds avec des gens. Peut-être qu’il y a deux américains qui ont entendu ma musique mais bon...

Mais tous ces commentaires adorables !
Oui, Myspace me permet d’avoir un retour, mais ça s’arrête là je pense. Il y a tellement de monde sur ce truc, et la moitié des gens sont juste des musiciens qui veulent se faire connaître. Les gens qui sont ouverts à de nouveaux artistes sont très rares au final, à part des amis d’amis. S’il le faut je suis en train d’exploser à ce moment même en Nouvelle-Zélande ! Mais bon, je pense que c’est bon pour l’ego, et aussi pour les contacts entre artistes.

Sur ce que l’on a dit de toi : ces "éclaircies lumineuses" de plus en plus fréquentes à chaque disques, c’est vraiment le signe d’une "remontée" ?
Disons que je suis parti bas... Après, les éclaircies n’en sont pas forcément : « In Slumberland » est musicalement plus mélodique, avec des jolies parties de piano qui assouplissent un peu le propos, mais les morceaux n’en sont pas forcément plus joyeux. Cela dit, c’est sûr qu’il y a un mieux.
Mais en ce qui concerne « Jupiter », les éclaircies sont assez rares je trouve. A part sur « Bianca ».

Deuxième truc qu’on a dit sur toi : es-tu vraiment un garçon timide ?
Euh... non, pas vraiment ! Enfin, j’ai été plus timide que ça... je suis un garçon globalement heureux et bien dans sa peau.

Dans l’idéal, avec quel(s) artiste(s) (français ou international, connu ou pas...) aimerais-tu collaborer ?
Ca relève du fantasme, mais j’adore Xiu Xiu, j’aime beaucoup Dominique A... Je ne suis pas sûr qu’il soit possible, enfin, envisageable, de collaborer avec Smog... ! J’aime beaucoup The Castanets aussi.

Dernier bon concert auquel tu es allé ?
Dominique A. C’était super. Et Boris, ce groupe de stoner japonais : drôlement chouette.

Tu les as vus où ?
A Paris, un jour avant mon concert. Je me débrouille pour voir des groupes bien quand je vais jouer là-bas. La dernière fois c’était Boris, lundi prochain c’est Black Heart Procession.

"Et s’il n’y avait qu’une chanson ?" Là tout de suite maintenant, tu n’as qu’une minute pour réfléchir.
"Apistat commander" de Xiu Xiu. Xiu Xiu, ce n’est pas évident. C’est très facile d’avoir une réaction de rejet.
Mais ça serait bien qu’il y en ait deux, histoire de ne pas se tuer trop vite.

La deuxième alors ?
« I break horses » de Smog, la version Peel Session.
Evidemment il en faudrait une troisième pour ne pas se tuer de suite...

Alors troisième et dernière chanson ?
"There goes my baby", la reprise des Drifters par The Walkmen. Une bonne chanson pour boire !

Si tu devais me poser trois questions sur ta musique, qu’est ce que tu me demanderais ?
Qu’est ce que c’est que cette question ! Attends, je réfléchis...

Le troisième couplet de "For the painfully alone" veut dire quoi à ton avis ?

Oh là là mais j’ai pas parole sous les yeux !
Ah ben bravo, vive les pros...

Oui ben je fais ce que je peux, je suis même pas chez moi ! Je suis chez mes parents !... Et ils n’ont même pas ta discographie...
Ah les nuls !
Bon, je ne sais pas quoi te poser comme question, en général je ne demande rien...
...
Qu’est ce qui ne te plaît pas dans ma musique ?

Pas grand chose en fait... mais des fois je trouve que ça ressemble encore trop à Smog.
Quelle est ta chanson préférée de moi ?

De tout ce que tu as fait, ou de « Jupiter » ?
Les deux, pour voir !

J’hésite entre “Be home for Christmas” (comme c’est original...) et “Your friend”.
Tu le trouves comment le disque ?

Je le trouve plus abouti, et en même temps, il y a une vraie homogénéité avec ce qu’il y a eu avant, sur la structure des morceaux, les paroles... On sent que tu sais qui tu es.
Ah ah... ! C’est vrai que je sais qui je suis. Plus qu’avant. Merci ! Je n’avais pas pensé à ça.

Merci à toi d’avoir répondu à mes questions !

Pfff... En fait il y a plein de questions que j’ai trop oublié de lui demander... Il m’a gentiment proposé de lui écrire si jamais j’en avais d’autres, mais bon, je crois que finalement ça attendra la prochaine interview !

Joan.

Liens :
Site officiel
Fuck Buddies sur Myspace
Only Angels Have Wings (où j’apprends que Sébastien fait lui aussi des interviews... !)
Dead Bees

Prochainement, une chroniview de Mélodie...


[1] Photo prise par Cold Water, hiver 2006.

[2] Photo prise par Pierre Ricci, novembre 2005.


Dans la même rubrique
jerseyturnpike mardi 26 avril 2005 par Emmanuel
FUCK BUDDIES vendredi 23 septembre 2005 par Emmanuel
SIRKA RAGNAR (Indietronica de Norvège) mardi 10 mai 2005 par Emmanuel
ONQ mercredi 11 mai 2005 par Emmanuel
MOROSE mardi 15 février 2005 par Emmanuel
FEDADEN, du cinéma pour les oreilles jeudi 29 juin 2006 par Mélodie
SIRKA RAGNAR (Norway Indietronica) mardi 10 mai 2005 par Emmanuel
PANDA TRANSPORT mardi 4 septembre 2007 par T²



Visite : 5421
Popularité : 14%